Luth médiéval

Arrivé en occident durant le XIIIe siècle, notamment via l’aire culturelle arabo-andalouse, le luth oriental «al-ùd» constitue une révolution en termes de facture instrumentale. Sa caisse n’est plus monoxyle (taillée dans un seul bloc de bois), mais constituée de fines côtes assemblées, permettant ainsi de fabriquer un instrument plus volumineux et de rationaliser sa fabrication. Ce luth (« laúd, leüt, laute, lautz, lute, … ») rencontre un vif intérêt et se répand rapidement, le jeu au plectre évolue petit à petit vers une technique transitoire « plectre + doigts », s’adaptant ainsi au développement de la polyphonie.

Luth 5 ch. d’après L. della Robbia
Luth 4 ch. d’après B. de Grañen
Luth 4 ch. d’après Catarino

N.B.: Cette rubrique comprendra également les instruments dit « tardifs » en raison de certaines caractéristiques médiévales ayant perduré à la Renaissance.

Polyptyque de Jacopo di Cione - San Pier Maggiore, Florence 1370
Polyptyque de Jacopo di Cione – San Pier Maggiore, Florence 1370